Et si un Escape Game boostait votre sexualité ?

Nanou Redacteur 13 janvier 2022

Une étude aurait trouvé un lien entre les performances sexuelles et les jeux de réflexion. Comment a-t-elle été faite ? Quelle suite ? On vous explique !

Une étude du CNRS de Genève les jeux de casse-têtes stimuleraient l’hémisphère gauche de notre cerveau. Cette zone cérébrale serait celle associée à la logique. Une petite partie proche de l’hypothalamus serait liée à nos désirs sexuels et aux orgasmes !

Une étude du comportement sexuel

en question analysait les performances de 169 acteurs et actrices pornographiques durant une année.

Plusieurs critères étaient pris en compte :

  • le nombre d’escape game joués,
  • la fréquence de jeu,
  • le taux d’hormone sexuelles dans le sang,
  • la qualité de l’érection (pour les hommes seulement),
  • le nombre de rapports sexuels,
  • le nombre d’orgasmes obtenus,
  • d’orgasmes provoqués
  • de positions sexuelles moyennes par rapport

Grâce à l’ensemble de ces critères, les scientifiques ont pu établir une notation sur 10. L’acteur Rocco Siffredi qui se décrit comme un fan d’escape game a obtenu une note de 9.8/10 !

Avec l’ensemble des résultats, les chercheurs ont pu établir un lien entre la pratique d’Escape game (ou jeu de réflexion) et les performances sexuelles.

Des escape games thématisés

Dans la même veine que cette étude, des escape games ont décidé d’allier : sexe et jeu de réflexion.

On peut en distinguer deux :

Un escape game BDSM

« » propose de se plonger dans un escape game où menottes, fouets, godemichets et autres accessoires sexuels seront vos outils pour sortir !

Si certains décrivent le BDSM présenté comme un « BDSM vanilla » (comprendre soft), il n’en reste pas moins explicite dans son décors.

En tous cas, soft ou pas, il faut peut-être éviter d’offrir une séance à votre neveu de 15 ans fan d’escape game.

Un escape game éducatif

« » où un jeu crée par deux sœurs afin d’encourager les jeunes à parler de sexualité et éviter les comportements inappropriés.

Comment jouer ? Le joueur incarne un personnage et a une personne cible qu’il devra séduire. Des cartes posent un contexte : « Peux-tu me laisser tranquille, là ? » à la suite de cela, les joueurs débattent de la meilleure chose à faire.

Un moyen ludique de parler de consentement et de protections, à la manière du sidaction et de son jeu autour de scènes de sexe cultes.

Grâce à cette étude et ces quelques jeux thématisés, les escape games pourraient bien stimuler bien plus que votre cerveau.

A lire aussi :

Performance sexuelle : et si on arrêtait de se mettre sous pression ?

Faut-il faire l’amour avant une compétition sportive ?

Comment définir un porno « féminin » ?


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

interstron.ru