Belote coquine !

La rédaction 24 octobre 2021

Je m’appelle Solange, j’ai 53 ans et j’aimerais partager une expérience coquine donnant lieu à l’histoire porno suivante :

Une partie coquine

Connaissez-vous la belote ? C’est un jeu de carte bien amusant, qui ressemble un peu à celui du tarot, mais qui reste somme toute bien plus simple. Et surtout, on conserve toujours le même partenaire, pour ma part, il s’agit de mon mari, Léonard. Nous ne gagnons pas à tous les coups, Léonard est un peu tête en l’air et oublie régulièrement les précédents plis, mais nous aimons nous rendre au club à côté de chez nous, disputer quelques parties contre des personnes de notre âge, voire plus.

À force de fréquenter régulièrement le club, nous nous sommes faits des amis, dont un couple, Richard et Sofia qui ont à peu près notre âge. Comme ils habitent dans un village, pas très loin de chez nous, nous leur avons donné rendez-vous pour un goûter et une partie de belote endiablée. Je savais que Sofia plaisait à Léonard. Elle était un peu plus jeune, avait de longs cheveux noirs qui tombaient au milieu de son dos et de belles lèvres qu’elle rehaussait d’un magnifique rouge à lèvre sombre.

Dès que Sofia et Richard jouaient à notre table, Léonard était soudainement beaucoup plus attentif au jeu, près à rouler des mécaniques devant la belle. Je savais parfaitement qu’en invitant Sofia à la maison, j’invitais, en quelque sorte, le loup dans la bergerie. Mais c’était bien mon attention : j’avais des vues sur Richard, que je trouvais bien plus affirmé, bien plus fringuant que mon Léo’ – et j’espérais, secrètement, que les choses dérapent entre nous quatre.

J’avais préparé un punch avec du jus de fruit, des morceaux de pommes, quelques fraises, un citron pressé et beaucoup de rhum. Un cocktail, qui, je l’espérais, allait nous aider à nous détendre et à passer un bon moment. Dès que Sofia et Richard ont passé le pas de notre porte, j’ai vu les yeux de mon Léo’ s’arrondir comme deux billes. Sofia avait sorti la robe noire qui lui faisait un décolleté d’enfer ! Il était tellement surexcité, qu’il a avalé son goûter (une jolie gaufre avec quelques fruits frais) très rapidement, et qu’il l’épongeait avec des verres et des verres de punch.

Cocktail torride

Vous voyez la suite ? Mon Léo’ a très vite été bourré, et s’est répandu en compliment auprès de Sofia, un peu gênée mais en même temps amusée par l’attitude désinhibée de mon mari. Voyant que mon mari était en roue libre, Richard a commencé à me faire du pied, délicatement, sous la table. Bingo ! Je lui ai répondu en remontant doucement mes talons vers son entrejambe.

J’ai senti une jolie bosse se dessiner sous son jean. C’est qu’il en avait une grosse, le cochon ! Le sentant à point, j’ai tenté le tout pour le tout, j’ai crié à la volée « je vais aux toilettes ! ». Savez-vous qui m’a suivi ? Richard, à nouveau ! Je l’ai alors emmené près de notre chambre (qui n’était pas loin des toilettes) et nous nous sommes mutuellement déshabillés, à la hâte. Nous avons fait l’amour très rapidement, encore empêtrés dans son jean et dans ma robe, sur mon lit conjugal. Heureusement que mon Léo’ était complètement bourré, sinon, il se serait très vite inquiété.

J’ai senti la bite de Richard me ramoner la chatte, et je pense, sans aucune exagération, qu’elle devait bien faire le double de celle de mon homme. Et, confidence pour confidence, c’était hyper bon de se sentir remplie de la sorte, complètement écartelée par une saucisse bien plus impressionnante que celle à laquelle on est accoutumée. Je sentais également contre ma cuisse, que l’engin de Richard était bien plus poilu et que ses couilles étaient bien plus épaisses que mon homme. Qu’est-ce que c’était fort ! Je retenais comme je pouvais de longs cris de plaisir.

Richard a très vite éjaculé, nous ne devions pas faire attendre nos invités, et j’avoue être restée un peu sur ma faim. J’avais encore la chatte humide et son sperme coulait doucement le long de ma cuisse. Nous sommes retournés à table, comme si de rien n’était, mais nos regards, fougueux, plein d’envie, étaient très éloquents. Sofia et mon Léonard avaient échangé gaiement en notre absence, j’ai quand même senti que Léonard gonflait un peu la pauvre Sofia. Ce n’est pas demain que nous ferons une partie échangiste.

Mais s’ils pouvaient revenir, régulièrement, pour une petite belote coquine, ça je ne dirais pas non !

A LIRE AUSSI 

À quatre c’est mieux !

Les aventuriers du sexe 

Une partie de cartes ? 


Réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

interstron.ru